logo-compagnie-du-19.v2.1.jpg

Créée en 2012, la Compagnie du 19 envisage  le théâtre comme un mouvement dynamique et sensible, qui interroge l’art sous différentes formes au sein d’une société de plus en plus uniformisée.

Commençant par des lectures pour les journées du patrimoine, nous avons ensuite organisé des scènes ouvertes offrant à de jeunes artistes la chance de s’exprimer et de se mélanger. C’est cette rencontre du théâtre, de la musique, du mime, de la poésie et de toutes ces disciplines vivantes et émouvantes qui nous a plu d’engendrer. Et surtout, l’échange avec un public très diversifié nous a poussé à vouloir le questionner, en montant des pièces qui interrogent l’époque dans laquelle nous vivons.

Julien Giustiniani - Directeur artistique de la Compagnie du 19

Julien Giustiniani
Directeur artistique

Inès Giustiniani - Directrice artistique de la Compagnie du 19

Inès Giustiniani
Directrice artistique

Bruno Boué - Président de la Compagnie du 19

Bruno Boué
Président

Yann Faucille - Secrétaire de la Compagnie du 19

Yann Faucille
Secrétaire

Philippe Mesnier - Trésorier de la Compagnie du 19

Philippe Mesnier
Trésorier

Nous organisons régulièrement des soirées "Cabaret" où chacun peut venir exprimer ses talents. Qu’ils soient conteurs, musiciens, jongleurs, mimes, magiciens, comédiens ou encore humoristes, nous les accueillons au Café de Paris et le mélange des genres offre toujours un spectacle riche et surprenant.

Lune vit dans un monde que l’on appelle Caverne car il est entouré d’un immense mur, si haut que l’obscurité est omniprésente. Un jour, elle décide de passer de l’autre côté pour retrouver Plume, son ami disparu. Au fil de ses rencontres, sa quête devient un voyage initiatique qui va bouleverser sa vision monde. Entre ombre et lumière, conte et théâtre, La Petite Caverne embarque petits et grands dans un univers poétique et visuel.

Quelqu’un pour veiller sur moi

Trois hommes enfermés dans une geôle au Liban. Un américain, un irlandais, un anglais. Ils ne savent pas ce qu’ils font là ni quel sort on leur réserve. Fait-il jour ou nuit, ils n’en savent rien non plus. Comment ne pas devenir fou ? Comment remédier à l’ennui, à quoi se raccrocher pour ne pas perdre espoir ?

Dans l’angoisse, la peur, la dérision s’engage alors un combat imaginaire où les personnalités, aussi singulières que touchantes, ou parfois cruelles, se dévoilent. Ils nous font rire, pleurer, s’indigner. Tourbillon d’humanité ou prisme pathétique de nos existences… L’amour, l’espoir, la folie se mêlent pour nous offrir un spectacle émouvant, drôle et tragique.

DIEU EST AMOUR.

Dossier de la pièce composé par l'auteur

 Sacrée Comédie

ORIGINE DU PROJET

Nous sommes sortis mes deux comédiens et moi-même d’une même formation de théâtre (la classe supérieureDieu 2.jpg du QG), et parallèlement d’une pièce que nous avions montée avec neuf autres compagnons de scène (Ahmed, se fâche,  d’Alain Badiou).  Adeline Sidler, Maxime Peyron et moi avons eu l’envie de continuer à travailler ensemble, portés par l’amitié et  l’inspiration mutuelle que nous nous procurons. De plus, voilà quelques temps que je mijotais mon désir d’écrire une pièce pour adulte, après avoir écrit pour les enfants. L’écriture leur a plu, le projet tout autant.

Un trublion de talent nous a rejoints pour la mise en scène, Julien Giustiniani, comédien et metteur en scène dopé au rythme qui pulse et au café.

Lecture jouée et en musique d’un extrait de « Son excellence Eugène Rougon » d’Emile Zola.

Château de Compiègne. Journées du patrimoine.

Avec : Sihem Aubertin, Inès Giustiniani, Julien Giustiniani, Frédéric Morlot